• Sa découverte
    • Le caféier est probablement originaire d’Éthiopie, dans la province de Kaffa, mais la question n’est pas absolument tranchée.

      La légende la plus répandue veut qu’un berger d’Abyssinie (actuelle Ethiopie), Kaldi, ait remarqué l’effet tonifiant de cet arbuste sur les chèvres qui en avaient consommé.

      Une autre hypothèse soutient que ce berger, ayant accidentellement laissé choir une branche de cet arbuste sur un poêle, aurait remarqué l’arôme délicieux qui s’en dégageait.

      Sa culture se répand d’abord dans l’Arabie voisine, où sa popularité a très certainement profité de la prohibition de l’alcool par l’islam, Il est alors appelé K’hawah.

      En 1583, un médecin allemand de retour d’un voyage de dix ans au Moyen-Orient, Leonhard Rauwolf, fut le premier Occidental à décrire le breuvage : « une boisson aussi noire que l’encre, utile contre de nombreux maux, en particulier les maux d’estomac. Ses consommateurs en prennent le matin, sans se dissimuler, dans une coupe en porcelaine qui passe de l’un à l’autre et où chacun prend une rasade sonore. Elle est composée d’eau et du fruit d’un arbuste appelé bunnu »
       

  • Expansion dans le monde arabe
    • Les effets du café étaient tels qu’il fut interdit à l’appel d’imams orthodoxes et conservateurs à La Mecque en 1511 et au Caire en 1532, mais la popularité du produit, en particulier auprès des intellectuels, poussa les autorités à annuler le décret.

      Au XVe siècle, les musulmans introduisent le café en Perse, Egypte, Afrique du Nord et en Turquie, où le premier café, Kiva Han, ouvre en 1475 à Istanbul. L’engouement est tel qu’une loi turque de l’époque sur le divorce précise qu’une femme peut divorcer de son époux si celui-ci ne parvient pas à lui fournir une dose quotidienne de café.

      A la Mecque, le 20 juin 1511, le pacha Khair Bey remarqua un groupe d’hommes buvant du café. Il remarqua ses qualités particulières et rassembla un groupe de lettrés et de juristes pour décider si la boisson était conforme au Coran, qui interdit toute forme d’intoxication. Comme le remarque Antony Wild, il est facile d’oublier que le café est une drogue puissante, dont l’introduction a nécessité un consensus culturel, mais certainement pas médical en Occident. Aussi, de houleux débats accompagnèrent le début de l’introduction du café dans le monde islamique.

      En 1511, Khair Bey fait fermer tous les cafés et mène une campagne de désinformation contre les méfaits du café lorsqu’il apprend que les critiques contre son pouvoir émaneraient toutes de buveurs de café. La fermeture des cafés provoque des révoltes, ce qui incite le gouverneur d’Egypte à annuler l’interdiction. La consommation de café peut alors poursuivre son essor. On dénombre un millier de cafés au Caire en 1630. Une telle interdiction sera rencontrée à nouveau en Europe après l’ouverture des cafés et, étrangement, pour les mêmes raisons, à croire que la prise de café développe l’esprit critique, probablement en favorisant les échanges intellectuels entre consommateurs.

  • Introduction en Europe et dans le Nouveau Monde
    • Le café arrive en Europe aux alentours de 1600 par les marchands vénitiens. On conseille au pape Clément VIII d’interdire le café car il représente une menace d’infidèles. Après l’avoir goûté, le souverain pontife baptise au contraire la nouvelle boisson, déclarant que laisser aux seuls infidèles le plaisir de cette boisson serait dommage. Le café est très vite prisé des moines pour les mêmes raisons qu’il l’est des imams: il permet de veiller longtemps et de garder l’esprit clair. Les musulmans pendant les croisades interdisent l’exportation de leurs plants de Coffea arabica. En 1650, un pèlerin musulman, Baba Budan parvient à ramener sept plants en Inde, qu’il plante à Mysore et dont les descendants subsistent encore aujourd’hui.

      Vers les années 1650, le café commence à être importé et consommé en Angleterre, et des cafés ouvrent à Oxford et à Londres. En 1670, le premier café ouvre à Berlin.

      Paris, le café Procope est le premier à ouvrir dans cette ville et, en 1686, on y invente une nouvelle manière de le préparer: en faisant percoler de l’eau chaude dans le café retenu par un filtre. L’histoire des célèbres cafés de Vîenne commence avec la bataille de Vienne de 1683. Des Turcs défaits, l’on saisit des sacs de fèves vertes qui se révèlent être du café. Au milieu du XVllle siècle, chaque ville d’Europe possède des cafés.

      Le café traverse l’Atlantique en 1689 avec l’ouverture du premier établissement à Boston. La boisson gagne en popularité et obtient le rang de boisson nationale après que les rebelles jettent à la mer le thé surtaxé par la couronne britannique au cours de la Boston Tea Party. Cette opération coup de poing est préparée dans le café du Dragon Vert.

      Le café commence à être cultivé dans les colonies anglaises, en particulier à Ceylan, mais les plantations sont ravagées par une maladie et sont finalement remplacées par des plantations de thé. Les Hollandais le font cultiver en Indonésie.

      En 1714, le capitaine d’infanterie français Gabriel de Clieu dérobe une bouture d’un plant offert par la Hollande à Louis XIV et conservé dans les serres royales pour le planter sur les pentes de la Montagne Pelée en Martinique et à Saint Domingue. Cinquante ans plus tard, on dénombre 19 millions de plants en Martinique.

      Le roi Louis XV était un grand amateur de café, boisson à la mode à la Cour sous son règne.

      La première plantation au Brésil est établie en 1727 par Francisco de Mello Palheta. Son industrie dépend de la pratique de l’esclavage qui est aboli en 1888.

  • Popularité occidentale jusqu’à nos jours
    • Au cours du XVllle siècle, la boisson devient populaire en Europe, et les colons européens introduisent la culture du café dans de nombreux pays tropicaux, comme une culture d’exportation pour satisfaire la demande européenne. Au XIXe siècle, la demande en Europe était souvent supérieure à l’offre et a stimulé l’usage de divers substituts au goût proche, comme la racine de chicorée.

      Les principales régions productrices de café sont l’Amérique du Sud (avec notamment le Brési[et la Colombie), le Viét Nam, le Kenya, la Côte d’ivoire, et d’autres encore. Hawaii a une petite production de café de grande qualité et de prix élevé, mais parmi les nombreuses variétés développées, le café le plus cher et le plus fameux est désormais le Bourbon pointu (cultivé dans l’île française de La Réunion), ce qui s’explique par sa rareté et le caractère endémique des plants requis pour la culture. Chaque paquet est vendu environ 459 euros le kilogramme, c’est trois fois plus que le Blue Mountain provenant de la Jamaïque.

Découvrez la gamme de produits Boukhari Plus d’infos

  • Café Boukhari 125g

    Café Boukhari 125g

    Café moulu 80% Robusta 20% Arabica paquet sous vide.... Plus d'infos

  • Café Boukhari 1Kg

    Café Boukhari 1Kg

    Café moulu 80% Robusta 20% Arabica paquet herméthique.... Plus d'infos

  • Café Boukhari 250g

    Café Boukhari 250g

    Café moulu 80% Robusta 20% Arabica paquet sous vide.... Plus d'infos

  • Café Boukhari 250g

    Café Boukhari 250g

    Café moulu 100% Robusta paquet herméthique. Poids 250g Plus d'infos

  • Café Boukhari 500g

    Café Boukhari 500g

    Café moulu 80% Robusta 20% Arabica paquet herméthique.... Plus d'infos

  • Café Boukhari 500g

    Café Boukhari 500g

    Café moulu 80% Robusta 20% Arabica paquet sous vide.... Plus d'infos

  • Café Boukhari 750g

    Café Boukhari 750g

    Café moulu 100% Robusta Bidon plastique... Plus d'infos

  • Café Boukhari Triple Dose

    Café Boukhari Triple Dose

    Café moulu expresso 100% Robusta paquet sous vide.... Plus d'infos

Café Boukhari est une entreprise familiale dont le domaine d'activité est la torréfaction et la mouture de café. Plus d’infos

Café Boukhari